Les contrôles au faciès débattus devant la Cour de cassation

Par

Une action collective, lancée à la fin du quinquennat Sarkozy contre les contrôles d'identité au faciès, prospère malgré le pouvoir socialiste et Manuel Valls qui s'est employé à la bloquer. Le 4 octobre, c'était le troisième étage de la fusée procédurale : la Cour de cassation. L'enjeu s'avère de plus en plus passionnant…

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jacques Julliard, éditorialiste et universitaire, se répand ainsi dans Le Figaro, à propos de la bataille des idées en France : « La gauche a refusé le combat, abandonnant tout d'un coup sur le terrain ses armes et ses munitions. C'est là un épisode stupéfiant de notre vie politique contemporaine, sur lequel les historiens du futur s'interrogeront longtemps. » M. Julliard estime qu’une telle abdication concerne la laïcité, l’école et la nation.