Corruption en Libye: la Société générale n’est pas tirée d’affaire

Par

Malgré une amende de 250 millions d’euros payée l’an dernier, une enquête du PNF est toujours en cours sur d’éventuelles responsabilités individuelles au plus haut niveau de la Société générale dans un vaste système de corruption sous Kadhafi. De nouveaux documents obtenus par Mediapart éclairent l’affaire d’un jour nouveau.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Payer n’aura pas suffi à éteindre l’incendie judiciaire. Malgré le versement l’an dernier par la Société générale d’une amende de 250 millions d’euros au fisc français, en reconnaissance de sa responsabilité dans un vaste système de corruption en Libye, une enquête du Parquet national financier (PNF) est toujours en cours sur d’éventuelles responsabilités individuelles au plus haut niveau du géant bancaire, selon des sources concordantes.