Education nationale: des inspecteurs racontent la souffrance des directeurs

Par

Le suicide sur son lieu de travail de Christine Renon, une directrice d’école de Pantin en Seine-Saint-Denis, met en lumière la souffrance au travail des personnels de l’éducation nationale. Cinq inspecteurs et inspectrices de l’éducation nationale, supérieurs hiérarchiques et interlocuteurs essentiels des directeurs et directrices d’école, racontent à Mediapart comment ils peuvent les accompagner, malgré une certaine impuissance.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ils sont témoins de toutes les difficultés auxquelles font face les directeurs et directrices d’école. Anne* est inspectrice de l’éducation nationale dans l’ouest de la France. « [Au quotidien], raconte-t-elle, j’essaie d’être dans une écoute permanente des directeurs et directrices mais j’ai une marge de manœuvre faible. Hélas, je ne peux ni augmenter leur temps de décharge ni leur donner des moyens humains, alors je les aide, je les conseille et les oriente vers des ressources. Je vois bien que certains sont débordés et perdent pied. »