Le crédit d'impôt est adopté par des députés socialistes de plus en plus critiques

Par

Les députés ont voté dans la nuit le crédit d'impôt, une ristourne fiscale de 20 milliards d'euros faite aux entreprises, sans contreparties concrètes ni sanctions, destinée à doper la compétitivité. «Chèque Mittal» ou salutaire bouffée d'air? À gauche, plusieurs voix critiques se sont en tout cas fait entendre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jean-Marc Ayrault peut dire merci à Jean-François Copé et à François Fillon. Leurs déchirements fratricides occupent l'attention des médias à l'Assemblée nationale, et grâce à cette guerre qui n'en finit pas (lire notre article), la séquence “crédit d'impôt” est passée largement inaperçue.