La parole aux «gilets jaunes»

Trois gilets jaunes reviennent sur leur participation à ce mouvement social inédit. Ils racontent les conditions de vie qui se dégradent, et considèrent que le gouvernement leur a « jeté des miettes ». À leur suite, le géographe Aurélien Delpirou conteste les interprétations binaires du phénomène.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Alors que l’exécutif a commencé à reculer face aux « gilets jaunes », trois d’entre eux reviennent sur leur participation à ce mouvement social inédit.  

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal