La parole aux «gilets jaunes»

Par

Trois gilets jaunes reviennent sur leur participation à ce mouvement social inédit. Ils racontent les conditions de vie qui se dégradent, et considèrent que le gouvernement leur a « jeté des miettes ». À leur suite, le géographe Aurélien Delpirou conteste les interprétations binaires du phénomène.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Alors que l’exécutif a commencé à reculer face aux « gilets jaunes », trois d’entre eux reviennent sur leur participation à ce mouvement social inédit.