Usul. Loi « anti-squat » : la violence des riches 

La loi adoptée vendredi 2 décembre à l’Assemblée durcit notamment les peines prévues contre les personnes qui occuperaient illégalement une propriété. Si le discours dominant s’attarde souvent sur les récits de petits propriétaires victimes de squatteurs, la réalité n’est pas aussi simple.

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

© Vidéo Mediapart

Usul et Ostpolitik

5 décembre 2022 à 15h06

PDF

Une nouvelle loi « anti-squat », adoptée vendredi 2 décembre à l’Assemblée nationale, durcit les peines prévues contre les personnes qui occuperaient illégalement une propriété, et s’en prend aussi aux locataires qui ne payeraient pas leur loyer.

Pourtant, si le discours dominant s’attarde souvent sur les récits de petits propriétaires victimes de squatteurs, la réalité est rarement aussi simple. Dans cet épisode, on se penche sur les proprios, le droit au logement, et, bien sûr, on va parler des bourgeois.