Affaire Tapie: la bataille judiciaire reprend sur deux fronts

Par
Nouveaux rebondissements dans l'affaire Tapie: plusieurs personnalités, parmi lesquelles François Bayrou, président du Modem, le député (Nouveau centre) Charles de Courson et deux avocats, dont Me Geneviève Sroussi, ont écrit à la présidente du tribunal administratif de Paris, la pressant d'examiner les différents recours qu'ils ont introduits. Mediapart publie en exclusivité ces trois correspondances. Par ailleurs, Bernard Tapie a introduit une demande de révision de sa mise en liquidation, prononcée en 1994. Le tribunal de commerce y consacre une audience, mardi 7 avril.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Officiellement, l'affaire Tapie est close. Grâce à Nicolas Sarkozy, qui avait donné des instructions, via Bercy, pour que le cours de la justice ordinaire soit suspendu, un tribunal privé a alloué, le 7 juillet 2008, à l'ancien homme d'affaires, quelque 390 millions d'euros de dédommagement dans l'affaire de la vente d'Adidas, qui l'opposait au Consortium de réalisations (CDR), la structure publique de défaisance où avaient été cantonnés en 1995 les actifs douteux du Crédit lyonnais. Et après avoir réglé ses dettes et ses impôts, Bernard Tapie a empoché voici quelques semaines la part qui lui revient, près de 100 millions d'euros prélevés sur fonds publics. En bref, le scandale risque encore de faire longtemps des vagues, mais, en apparence, l'histoire semblait avoir trouvé son épilogue.