Au Tréport, la gauche unie pour prendre le train

Par

Des responsables politiques de l’ensemble des partis de gauche ont fait, jeudi 5 avril, l’aller-retour Paris-Le Tréport, où la ligne de TER est condamnée. But de l’opération : défendre les « petites lignes » et se montrer unis aux côtés des cheminots grévistes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le Tréport (Seine-Maritime), de notre envoyée spéciale. - Au Tréport, on n’a pas attendu la réforme du rail de Macron pour que les cars remplacent les trains. Avec les désagréments qui en découlent. Jeudi, le car SNCF de 16 h 39 a failli ne jamais arriver sur le parvis de la gare. Comment allait-on rejoindre Abbeville pour prendre la correspondance pour Paris ?