Mort de Clément Méric: comment l'extrême droite s'est radicalisée

Par

Galvanisés par huit mois d'opposition dans la rue à la loi Taubira et au gouvernement, des groupuscules d'extrême droite ont multiplié les actes de violence. Mercredi, un étudiant de 19 ans, Clément Méric, militant anti-fasciste, a été battu à mort par des skinheads. Selon l'historien spécialiste des extrêmes droites Nicolas Lebourg, ces groupuscules n'ont pas su cadrer leurs militants avec « des victoires symboliques ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une « violence qui porte la marque de l'extrême droite ». Dans son communiqué, jeudi matin, le ministère de l'intérieur s'en tient à ces mots pour évoquer les agresseurs de Clément Méric. Cet étudiant à Sciences-Po de 19 ans, syndicaliste à Solidaires Etudiant-e-s et membre d'Action antifasciste, a été battu à mort mercredi soir, en plein Paris, par un groupe de skinheads.