Intermittents du nettoyage: «C’est de la misère organisée»

Par

Un salarié de la propreté a attaqué la société Millenium aux prud’hommes. Depuis 2013, il travaillait sous un contrat atypique, celui d’intermittent : à la disposition de son employeur 260 jours par an, mais non rémunéré quand l’entreprise ne lui offrait pas de travail. L’affaire a été renvoyée devant des juges.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le droit du travail recèle quelques surprises, comme l’illustre parfaitement l’histoire d’Adama D.. Ce salarié de la propreté a signé en 2013 un contrat à durée indéterminée en tant qu’« intermittent » au sein de la société de nettoyage Millenium. Seul, sans soutien d’un syndicat, Adama D. a contesté au printemps 2019 devant les prud’hommes de Paris la validité de ce contrat. L’affaire a été renvoyée jeudi 6 juin en départage, c’est-à-dire devant des conseilleurs prud’homaux ainsi qu’un juge.