Tags antisémites sur une sculpture d'Anish Kapoor à Versailles

Par

Une sculpture d'Anish Kapoor, installée dans les jardins du château de Versailles, a été vandalisée. La ministre de la culture a dénoncé des tags ignobles et antisémites. C'est la deuxième fois que cette sculpture subit des dégradations. 

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

La ministre de la culture Fleur Pellerin a dénoncé dimanche comme insupportable et ignominieuse la dégradation d'une œuvre monumentale de l'artiste britannique Anish Kapoor dans les jardins du château de Versailles, qui s'est accompagnée d'inscriptions antisémites.

L'œuvre, une sculpture baptisée Dirty Corner, se présente comme une gigantesque trompe d'acier rouillée et avait été vandalisée une première fois en juin, peu de temps après son installation.

Elle a été maculée d'inscriptions à la peinture blanche, dont certaines avaient un caractère antisémite, au cours de la nuit de samedi à dimanche.

« Les inscriptions antisémites qui accompagnent cette deuxième dégradation la rendent d'autant plus insupportable, et plus ignominieuse encore », a déclaré Fleur Pellerin dans un communiqué.

« Ce n'est ni plus ni moins qu'un acte qui laisse transparaître une vision fasciste de la culture », a-t-elle ajouté.

« Parler d'art “dégénéré”, définir par la violence ce que doit être le beau, exprimer un désir de retour à un art officiel…, c'est un pas de plus à l'encontre de notre vision républicaine de la culture », a encore dit la ministre.

Catherine Pégard, la présidente de l'établissement public du château de Versailles, a dénoncé de son côté une « atteinte intolérable à l'œuvre d'Anish Kapoor ».

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous