Marc Trévidic, l'homme qui a le «virus» de l'antiterrorisme

Par

Le juge antiterroriste a quitté ses fonctions deux mois avant les attentats de Paris. Travailleur, grande gueule, attiré par la lumière, il avait prévenu du danger imminent. Enquête sur un magistrat singulier.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 13 novembre, comme chaque vendredi soir, Marc Trévidic a pris le TGV pour rentrer de Lille où depuis septembre, il s'occupe de divorces et de comparutions immédiates. À peine a-t-il regagné son appartement familial en région parisienne que le téléphone sonne. C'est son fils aîné de 26 ans qui l'appelle. Pour le prévenir. Pour s'inquiéter aussi. Il habite le quartier de Bastille. Il raconte à son père qu'il y a des tirs dans les rues, que sa copine est bloquée dans un restaurant du 11e arrondissement…