Selon nos informations, l'institut Harris Interactive rémunère le panel qu'il a utilisé pour produire le sondage «choc» de dimanche, qui a placé Marine Le Pen en tête des intentions de vote au premier tour de la présidentielle.