Vortex brise toujours ses salariés, l'argent public continue de lui arriver

Par

Malgré l’ouverture d’une information judiciaire à Montpellier et désormais huit procès-verbaux dressés par l’inspection du travail, l’entreprise de transport scolaire d’enfants handicapés Vortex Mobilité continue de faire de la vie d’un certain nombre de ses salariés un enfer. La société vit principalement de l’argent des départements.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Difficile, à écouter Patricia (*) raconter son expérience, de ne pas y voir une sorte de métaphore du tonneau des Danaïdes, transposée au monde du travail. Patricia, salariée de l’entreprise de transport scolaire d’enfants handicapés Vortex (dont nous avions déjà conté les mauvaises manières dans cette enquête), a littéralement perdu de l’argent en travaillant, au point de mettre sa santé en péril.