Le maintien de l'ordre en dérapages plus ou moins contrôlés

Par et
En Corse comme à Strasbourg, ces derniers jours, de graves dérapages ont été repérés du côté des forces de l'ordre. Malgré les démentis officiels, des vidéos montrent que des interdits policiers – tirs tendus de grenades ou jets de pierre sur des manifestants – ont été transgressés. Alors qu'on est passé tout près de la «bavure» mortelle, le pouvoir doit-il s'enfermer dans le déni ou «tenir» ses troupes?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le maintien de l'ordre n'est pas une science exacte. Mais certains principes policiers ont visiblement été oubliés dans cette période riche en manifestations qui tournent mal. En Corse comme à Strasbourg, ces derniers jours, de graves dérapages ont en effet été repérés au sein des forces de police et de gendarmerie. Ce sont autant de coups de semonce que le pouvoir fait mine de négliger, alors que la situation sociale est manifestement propice aux «bavures».