Des vidéos révèlent le faux procès-verbal d’un policier pour maquiller des violences

Lors d’un contrôle d’identité à Bobigny, des policiers ont fait usage de pistolets à impulsion électrique sans raison apparente. Des vidéos révèlent la violence de leur intervention et mettent en lumière les incohérences du procès-verbal. Le parquet de Bobigny a ouvert une enquête préliminaire, confiée à l’IGPN.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après la première décharge de Taser, le pistolet à impulsion électrique qui équipe la police, l’homme s’effondre à terre. Le policier l’interroge : « Ça te plaît bien là ? » Et dans la foulée, il lui en assène une seconde.