JO: la justice suspend le chantier du village des médias

Par

La construction du quartier des journalistes pendant les Jeux de 2024 est mise à l’arrêt. Les porteurs du projet n’ont pas cherché de solution alternative au bétonnage d’une zone naturelle où vivent des espèces protégées.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est le premier équipement des Jeux olympiques 2024 dont la construction est arrêtée par la justice, du moins temporairement : la cour d’appel administrative de Paris a suspendu le 6 avril l’autorisation d’aménager le futur « village des médias » des JO, comme l’a révélé l’AFP mardi soir. Pour accueillir une partie des 25 000 journalistes attendus en 2024 pour couvrir l’événement sportif, 700 logements et des commerces doivent être érigés sur l’Aire des vents, une zone de 27 hectares située à l’est du parc départemental Georges-Valbon. C’est là que s’est longtemps tenue la Fête de l’Huma. Le week-end, les riverain·e·s viennent y faire du cerf-volant, promener leur chien, jouer au foot, pédaler ou faire du roller. Accolé aux pistes de l’aérogare du Bourget, cet espace hybride de prairie, d’arbres et de pistes goudronnées ressemble au parc urbain de Tempelhof, à Berlin, un ancien aéroport transformé en zone de balades et d’observation des oiseaux.