Législatives: le PS enterre plusieurs propositions de Benoît Hamon

Dans l'ébauche de sa « plateforme législative » censée permettre à tous les socialistes de se réunir pour les élections des 11 et 18 juin prochains, des propositions phares de Benoît Hamon ont disparu : revenu universel, hausse du Smic, 49-3 citoyen…

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Dans l'ébauche de sa « plateforme législative » censée permettre à tous les socialistes de se réunir pour les élections des 11 et 18 juin prochains, les principales propositions de Benoît Hamon ont disparu : pas de revenu universel d’existence. Le document évoque « un volet revenu » de la Sécurité sociale professionnelle « pour que personne ne vive avec moins de 800 euros par mois et dont les conditions seront à définir avec les partenaires sociaux ». Pas de 49-3 citoyen non plus mais « l’encouragement à la diversité des formes de consultation des citoyens ». Pas de hausse du Smic de 10 % mais « revaloriser de 50 % la prime d’activité ». Ou encore pas de reconnaissance du « burn out » comme maladie professionnelle mais faire de la souffrance au travail « une cause nationale ». Bref, le hamonisme s’est dilué.

Supervisé entre autres par Stéphane Le Foll, le porte-parole du gouvernement et proche de François Hollande, et Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire du PS, ce texte intitulé « un contrat clair pour la France, une gauche constructive et solidaire » décline en trois pages une vingtaine de priorités. Le Parti socialiste est pressé de tourner la page de la présidentielle après le score particulièrement décevant (6,35 %) obtenu par le candidat socialiste Benoît Hamon au premier tour du scrutin, le 23 avril.


Lire l’article de Paris Match


Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous