Décentralisation: la réforme est taillée en pièces

Par

Alors que Pierre Mauroy, père de la décentralisation s'éteignait, le Sénat a voté jeudi soir le premier volet de la réforme Lebranchu. François Hollande rêvait d'un « nouvel acte de décentralisation ». Mais à cause de revirements multiples et de l'opposition de nombreux élus, notamment socialistes, le texte devient un calvaire pour le gouvernement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Marylise Lebranchu peut souffler…, au moins pour quelques semaines. Jeudi soir, le Sénat a voté le premier volet de sa réforme de la décentralisation. Mais après un véritable chemin de croix et au prix d'un détricotage en règle. « C'est un carnage », résume l'entourage de la ministre de la réforme de l'État et de la fonction publique.