Après les propos de Mélenchon, La France insoumise serre les rangs

Par

Après ses déclarations sur l’instrumentalisation politique des assassinats commis avant les échéances électorales, les accusations en « complotisme » se sont déversées sur le candidat insoumis. Si son entourage assure que le message a été mal compris, en interne, la fébrilité est palpable.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après le silence, la contre-attaque. Lundi, les Insoumis ont fait corps autour de leur chef. Si beaucoup rasaient les murs au matin (ils sont très peu à avoir répondu aux multiples sollicitations de Mediapart), dans l’après-midi, la communication s’est faite de plus en plus abondante. Signe que la « séquence » est tendue : en 24 heures, les communiqués de presse et les messages de blog ou sur les réseaux sociaux se sont multipliés pour tenter d’éteindre l’incendie.