Bygmalion : Sarkozy entendu par les enquêteurs

Par

Le Monde révèle lundi 7 septembre que Nicolas Sarkozy a été entendu par la police judiciaire le 4 septembre dans le cadre de l’affaire Bygmalion.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Le Monde révèle, ce lundi 7 septembre, que Nicolas Sarkozy a été entendu par la police judiciaire le 4 septembre dans le cadre de l’affaire Bygmalion. L’audition de l’ancien président de la République est une étape logique de cette enquête, qui vise le financement illicite de sa campagne présidentielle de 2012.

A ce stade, Nicolas Sarkozy a été entendu comme « suspect libre ». Arrivé vers 8 heures, il en est ressorti sept heures plus tard, accompagné de son avocat Me Thierry Herzog, pour sa part mis en examen dans l'affaire Azibert pour « corruption active », « trafic d’influence » et « recel de violation du secret professionnel ».

Les investigations, menées par les juges parisiens Serge Tournaire, Roger Le Loire et Renaud Van Ruymbeke, portent sur quelque 18 millions de fausses factures réglées par l'UMP à la société Event & Cie (filiale événementielle de Bygmalion) en lieu et place du candidat Sarkozy, pour des prestations liées à l’organisation de ses meetings de 2012.

Dans un premier temps, les magistrats avaient mis en examen les cadres de la société de communication Bygmalion et de sa filiale Event & Cie, avant de passer à « l’échelon politique ». C’est ainsi que sont désormais poursuivis l’ex-directeur général de l’UMP Eric Cesari ou encore Guillaume Lambert et Jérôme Lavrilleux, respectivement ancien directeur et directeur adjoint de la campagne de Nicolas Sarkozy.

S’agissant du président des Républicains, les juges comme les enquêteurs de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) s’interrogent sur son degré de connaissance du tour de passe-passe financier mis en place afin que, dans la plus grande illégalité, l’UMP prenne en charge les dépenses de son candidat.

Voir notre dossier et nos révélations sur l'affaire Bygmalion

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous