Humiliations, mises en danger, violences: enquête sur les abus policiers contre les migrants

Par

Le procès des « sept de Briançon », poursuivis après leur participation à une manifestation contre l’action à la frontière des militants d’extrême droite de Génération identitaire, démarre jeudi 8 novembre. Du point de vue des migrants, peut-on encore parler d’État de droit ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le procès des « sept de Briançon », poursuivis après leur participation à une manifestation contre l’action à la frontière des militants d’extrême droite de Génération identitaire, démarre jeudi 8 novembre. Le tout sur fond de crise franco-italienne, après l’intrusion récente côté italien de gendarmes français refoulant des migrants. Au quotidien, sur les chemins alpins qui relient les deux pays, les réfugiés voient leurs droits piétinés, subissent des courses-poursuites dangereuses, des humiliations et même des violences de la part des forces de l’ordre. Du point de vue des migrants, peut-on encore parler d’État de droit ?