Retour à Saint-Denis, îlot qui sauve les meubles dans un océan d'abstention

Par

À Saint-Denis, le résultat de dimanche soir est à l'opposé des chiffres nationaux. C'est le Parti socialiste qui arrive en tête, suivi par le Front de gauche. Mais il n'y a rien à fêter : près de 70 % des électeurs ne sont pas allés voter, tandis que de nombreux militants de gauche hésitent à voter PS au second tour.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Saint-Denis résiste. La troisième ville d'Île-de-France a placé le Front national en troisième position, avec « seulement » 16 % des voix. Et, contrairement à la tendance nationale et au résultat francilien, ses électeurs ont d'abord voté pour le Parti socialiste, qui y récolte 33,77 %, soit 8 points de plus que le pourcentage régional. C'est une bonne nouvelle pour le parti au pouvoir… ça l'est moins pour le Front de gauche, qui voit sa suprématie une nouvelle fois remise en cause, dans ce qui était pourtant un bastion communiste depuis l'après-guerre. Dans un reportage à Saint-Denis publié une semaine avant le scrutin, nous faisions en effet l'hypothèse d'une bascule entre le PS et le Front de gauche, qui gouverne la ville. Cette bascule s'est confirmée dimanche soir, le Front de gauche se laissant distancer de 15 points sur la commune de Saint-Denis, avec un score de 18,9 %.