«Gilets jaunes»: Macron affirme l’inverse de ce que disent ses services de renseignement

Par

Emmanuel Macron évoquait fin janvier « 40 000 à 50 000 militants ultras » dans les défilés de « gilets jaunes » et mettait en garde contre ces violences orchestrées par les extrêmes. Mais ses propres services de renseignement dressaient au même moment un constat inverse. L’ultradroite et l’ultragauche seraient « quasi inexistantes au sein des cortèges ».

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

C’est l’histoire d’un président qui raconte le contraire de ce que lui résument ses services de renseignement. La scène ne se déroule pas sur le continent nord-américain mais en plein cœur de la vieille Europe, elle ne se situe pas à l’intérieur du Bureau ovale mais dans un salon de l’Élysée.

La scène remonte à la fin de matinée du jeudi 31 janvier. Ce jour-là, Emmanuel Macron reçoit cinq journalistes pour une « discussion informelle » autour d’un café. Le président de la République est décontracté, en col roulé noir sous un costume gris (comme on peut le voir sur une photo publiée sur le site du Point).

Décontracté et souriant, mais aussi mordant dès lors qu’il s’agit de dénoncer les violences commises lors des manifestations des « gilets jaunes ». À l’entendre, elles seraient l’œuvre « de 40 à 50 000 militants ultras qui veulent la destruction des institutions ». « Face aux violences orchestrées par les extrêmes », rapporte Paris-Match, le chef de l’État « met en garde contre la ‘‘fachosphère’’ et la ‘‘gauchosphère’’ qui ont surinvesti les réseaux sociaux ».

Des propos très surprenants car, à la même période, des notes des services de renseignement remontent à l’Élysée et, selon plusieurs sources, elles disent strictement le contraire. Le week-end précédant la discussion informelle élyséenne, l’acte XI des gilets jaunes a conforté les services dans leurs analyses des précédentes semaines : l’ultradroite se désengage « à Paris comme en province », tant et si bien que la DGSI aurait, selon nos informations, conclu une de ses notes par un lapidaire : « La scène d’ultradroite est aujourd’hui quasi inexistante au sein des cortèges. »

Capture d'écran du Facebook de Sergei Munier, un acolyte de Victor Lenta. © DR Capture d'écran du Facebook de Sergei Munier, un acolyte de Victor Lenta. © DR
Le 26 janvier 2019, les services ne recensent en tout et pour tout qu’un seul militant du Parti nationaliste français, un des quatre  groupuscules de l’ultradroite à pouvoir s’enorgueillir d’une implantation territoriale sur l’ensemble de l’Hexagone. Un seul membre des Barjols, un collectif s’étant pourtant mobilisé lors des précédents actes, a été vu en train de défiler en province. Et il a manifesté pacifiquement.

Les services voient trois raisons à ce désengagement : d’abord parce que l’ultradroite a échoué à prendre la tête de ce mouvement social, ensuite parce que certains groupuscules islamophobes refusent de se mêler aux gilets jaunes, au prétexte que s’y trouvaient des musulmans, enfin, parce que, comme l’avait raconté Mediapart, une vague d’interpellations dans leurs rangs début décembre a calmé les ardeurs des plus velléitaires des militants ultranationalistes. 

Capture d'écran du Facebook de Victor Lenta (béret rouge à gauche) lors d'une manifestation de gilets jaunes à Paris. © DR Capture d'écran du Facebook de Victor Lenta (béret rouge à gauche) lors d'une manifestation de gilets jaunes à Paris. © DR
Quelques irréductibles déploient néanmoins une stratégie d’entrisme auprès des gilets jaunes. Certains se sont structurés au sein du groupuscule « La Légion jaune », d’autres se retrouvent entre frères d’armes autour de la figure de l’ancien militaire Victor Lenta.

Lenta apparaît depuis la mi-janvier comme l’organisateur du service d’ordre des manifestations parisiennes, comme l’avait révélé le Huffington Post. Lenta, qui arbore un béret rouge par-dessus son gilet jaune, est un ancien parachutiste du 3e RPIMA de Carcassonne et un ex-membre du Bloc identitaire.

Il s’est fait connaître en 2014 pour son engagement auprès des pro-Russes dans le Donbass, dans l’est de l’Ukraine. D’autres anciens militaires ont été vus participant à la sécurité, mais, précise Pierre Tremblay dans son article du Huffington Post, la présence de ces paramilitaires « reste un épiphénomène ». Et ils ne feraient pas l’unanimité au sein des gilets jaunes.

À la suite de la médiatisation de son engagement, les services de renseignement ont, selon nos informations, constaté de visu que Victor Lenta, coordinateur du service de sécurité de la manifestation, bénéficiait lui-même… d’un service de protection. Contacté, l’intéressé pondère : « Effectivement, j’ai été menacé sur Internet. Ce n’étaient pas le fait de gilets jaunes mais d’antifas. Mais je n’ai pas de garde du corps ! »

Quoi qu’il en soit, les services estiment que ces ultras essayant toujours de noyauter le mouvement ne seraient qu’« une minorité »Même au plus fort de leur mobilisation les premières semaines du mouvement, les services ne comptaient que « quelques centaines d’individus » relevant de cette mouvance. On était déjà loin du contingent de « 40 à 50 000 individus » évoqué par le chef de l’État.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

Mediapart a sollicité par mail jeudi et vendredi matin les services de l’Élysée et du SGDSN. Ni les uns ni les autres n’ont répondu.