Bouygues est condamné pour travail illégal sur le chantier EPR-Flamanville

Par Pascale Pascariello

Jugé en correctionnelle pour avoir employé 460 salariés polonais et roumains non déclarés de 2008 à 2012 sur le chantier de l’EPR, Bouygues a été condamné le 7 juillet pour recours au travail dissimulé. L’amende de 25 000 euros est dérisoire au regard des pertes estimées pour l’Urssaf et les impôts à plus de 22 millions d’euros.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bouygues travaux publics a « sciemment eu recours aux services de la société Atlanco Limited qui réalisait une opération de travail dissimulé (…) La responsabilité de Bouygues TP est pleinement engagée (…) », dit le jugement rendu mardi 7 juillet par le tribunal correctionnel de Cherbourg. Le tribunal a reconnu l’implication de Bouygues dans l’emploi en toute illégalité, de 2008 à 2012, de près de cinq cents travailleurs polonais et roumains pour la construction de l’EPR, réacteur nucléaire nouvelle génération, à Flamanville.