13-Novembre : « Les mots ne seront pas suffisants »

Par

Amandine, une juriste de 38 ans, grièvement blessée au Bataclan, a raconté, jeudi, sa solitude durant l’attaque.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«J’ai cherché à capter le regard de mon compagnon mais il ne me voyait plus, déclare Amandine à la barre de la cour d’assises spéciale. Il était dans un tunnel, en mode instinct de survie. Je me suis effondrée alors qu’il allait vers la sortie. J’ai cru avoir trébuché mais je venais d’être fauchée au tibia. Mon tibia droit était littéralement explosé. »