Activisme climatique : la criminalisation s’intensifie

Par

Ce 7 octobre, sept militants pour le climat étaient jugés par le tribunal judiciaire de Bobigny. Un an auparavant, ils avaient occupé, avec une centaine d’autres activistes, le tarmac de Roissy pour dénoncer le projet d’extension de l’aéroport. Un à trois mois de prison avec sursis ont été requis.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bobigny (Seine-Saint-Denis).– L’audience a débuté depuis deux heures quand Camille Blot, chignon relevé et veste noire, s’avance timidement à la barre : « Quand j’ai utilisé la meuleuse pour ouvrir le grillage afin d’entrer sur le tarmac, j’avais pleinement conscience que je courais un risque. Mais que vaut ce risque face à l’urgence climatique et à l’absurdité de ce projet ? »