Bettencourt-Sarkozy: la revanche de la comptable

Par

Selon les procès-verbaux consultés par Mediapart, l’enquête conduite par le juge Jean-Michel Gentil sur l’affaire Bettencourt a établi « la matérialité et le caractère opaque des remises d’argent » au gérant de fortune de la milliardaire, « l’origine de cet argent sur des comptes en Suisse et l’implication de Patrice de Maistre », confirmant point par point toutes les déclarations de Claire Thibout. Le juge évoque même l’hypothèse d’une « remise à titre personnel en faveur de M. Sarkozy ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Je ne sais pas qui est Claire Thibout et je ne sais pas pourquoi elle dit cela », a soufflé Éric Woerth devant le juge de Bordeaux Jean-Michel Gentil, en septembre dernier. L’ancien ministre du budget, démissionnaire de ses fonctions de trésorier de l’UMP en pleine affaire Bettencourt, ne crie plus à la « calomnie » et au « mensonge » comme il l'a tant fait. Claire Thibout, l’ancienne comptable des Bettencourt, mise sur le gril au moment de ses déclarations à Mediapart sur des financements secrets de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, est désormais un témoin intouchable.