Dassault se dit «racketté par une bande de voyous»

Par

Dans un entretien au Journal du dimanche, le milliardaire Serge Dassault se présente en victime d'une bande de voyous.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Dans un entretien au Journal du dimanche, l'industriel et sénateur UMP Serge Dassault reconnaît avoir donné en 2011 de l'argent à son protégé Younès Bounouara. Ce dernier a tenté d’éliminer en février 2013 un habitant de Corbeil, Fatah Hou, co-auteur d’un enregistrement clandestin accablant pour Serge Dassault. Mais selon Dassault il ne s'agissait pas d'acheter des votes : « Younès m'a dit que c'était pour des investissements en Algérie. Cela n'a strictement rien à voir avec un achat de voix en 2010 ! Je suis victime de chantage et de racket. »

Contrairement aux témoignages recueillis par Mediapart, les avocats de Serge Dassault et de Younès Bounouara, ont toujours soutenu que la somme de 1,7 million d’euros donnée par le milliardaire à son protégé était un don à « titre privé ». Les magistrats du pôle financier de Paris, qui enquêtent sur des soupçons d'achats de votes lors des élections municipales de Corbeil-Essonnes, ont rédigé une demande de levée de l'immunité parlementaire du sénateur UMP de l'Essonne le 14 novembre 2013.

A lire sur le JDD

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale