Une affaire de violences sexuelles sème la discorde dans une section CGT

À Rouen, le dossier de possibles violences sexuelles commises au sein de la Gauche révolutionnaire rejaillit au sein du syndicat CGT Éduc’action 76. Plusieurs de ses membres viennent de démissionner pour s’opposer à la présence sur la liste aux élections professionnelles d’un cadre de la formation trotskiste.

Manuel Sanson (Le Poulpe)

8 décembre 2022 à 11h23

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Rouen (Seine-Maritime).– En 2021, la Gauche révolutionnaire était rattrapée par la vague #MeToo. Aujourd’hui, l’affaire sème le trouble au sein du syndicat CGT Éduc’action de Seine-Maritime, qui accueille plusieurs militant·es estampillé·es « GR », une formation trotskiste groupusculaire pour partie basée à Rouen.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal