Sarkozy «touche à tout» sur fond de crise à droite

Par

Grogne des sénateurs sur la réforme de l'audiovisuel, désaccord des députés UMP sur le travail dominical, piques de certains poids lourds de la droite (Alain Juppé, Dominique de Villepin): l'année 2009 commence difficilement pour le chef de l'Etat, en pleine réorganisation de son gouvernement et de l'UMP. Lire aussi:

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Nicolas Sarkozy n'en finit pas d'énerver sa majorité. Et de bâtir son hyperprésidence aux airs de monarchie. Après une année où il a suscité la grogne des députés UMP en les considérant comme des machines à voter les textes les yeux fermés, mettant au placard le débat au sein de son mouvement (lire notre décryptage de son bilan), après des vœux fracassants aux parlementaires (à visionner ici) au cours desquels il leur a fait la leçon et annoncé la réduction pure et simple de leur pouvoir d'amendement (lire notre analyse du 7 janvier), le président réorganise dans le plus grand flou son gouvernement et son parti.