À Saint-Denis, le discours Le Pen inquiète

Par

Pour s'adresser aux «classes moyennes», Marine Le Pen s'est rendue à Saint-Denis, dans une ville où près d'un tiers de la population est de nationalité étrangère et où les habitants sont parmi les plus pauvres de France. Discussion avec des résidents: certains redoutent que le discours économique du FN ne fonctionne, y compris dans cette banlieue.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il y a eu Jeanne d'Arc, et maintenant une fête aux ascendances chrétiennes pour jalonner la campagne présidentielle de Marine Le Pen. Jusque-là, rien d'anormal. Sauf que, dimanche 8 janvier, la présidente du Front national a choisi Saint-Denis pour organiser sa galette des rois. Dans une ville du 93 où près d'un tiers de la population n'a pas la nationalité française (et donc ne vote pas) et où les habitants sont parmi les plus pauvres de France, elle est venue faire un discours à la gloire des «classes moyennes».