Tout arrêter pour les arrêter

Par

Prolongeant le mouvement des « gilets jaunes », la mobilisation contre la réforme des retraites porte un enjeu politique qui va au-delà de ses revendications sociales : la victoire ou la défaite d’un libéralisme autoritaire associant État policier, démocratie faible et marché sauvage.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Alors que la présidence Macron vit son « moment thatchérien », cherchant une victoire historique contre les travailleurs du rail qui ont encore la possibilité d’immobiliser le pays, c’est du monde cheminot que nous vient un souvenir de bon conseil. Entré comme dessinateur industriel à la SNCF, Gébé publia ses premiers dessins humoristiques dans La Vie du rail. Or, de 1971 à 1974, il fut l’auteur d’une bande dessinée prophétique, publiée en série dans Politique Hebdo, puis Charlie Mensuel et Charlie Hebdo, et devenue en 1973 un film, réalisé par Jacques Doillon : L’An 01. Son propos était aussi simple que radical : « On arrête tout. » Et sa première scène se passait dans une gare :