Que vaut, en fin de quinquennat, la parole d’un secrétaire d’État accablé par les polémiques ? Peu de chose, eu égard à l’attitude de Thierry Braillard dans le dossier de l’École nationale des sports de montagne (ENSM). Cette structure chargée de la formation des moniteurs de ski, des guides de haute montagne et des accompagnateurs de moyenne montagne a fait l’objet d’une enquête administrative menée par deux inspecteurs généraux jeunesse et sport. Leur mission a pris fin en mai 2016, mais le rapport qu’ils ont produit a été largement caviardé par une petite main de l’administration à la veille de sa publication le 10 février, ainsi que l’a déjà révélé Mediapart.