Enseignement hors contrat: Vallaud-Belkacem veut plus de contrôles

Par

Le ministère de l'éducation nationale veut conditionner toute ouverture d’un établissement privé hors contrat à une autorisation préalable et mieux contrôler l’enseignement à domicile. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

 « On ouvre plus facilement aujourd’hui une école qu’un bar ou un restaurant. » Par ces mots, la ministre de l’Éducation nationale a voulu signifier la nécessité de mettre de l’ordre dans les pratiques, peu acceptables selon le ministère, à l’œuvre en la matière et restées longtemps dans l'angle mort de l'Éducation nationale. Le dossier est épineux, idéologiquement et politiquement sensible. Ce 9 juin, Najat Vallaud-Belkacem a annoncé une série de mesures visant à mieux encadrer et contrôler l’enseignement privé hors contrat et la scolarisation à domicile. Quitte à froisser les tenants de la liberté d’enseignement (lire ce billet de l'historien de l'éducation Claude Lelièvre).