La droite entame sa douloureuse reconstruction

Par

Encore sonnés par leur défaite électorale, et toujours pas remis du hold-up de Macron sur leurs électeurs, Les Républicains ont commencé un travail de réflexion qui devrait se poursuivre jusqu’à l’automne. En plein doute existentiel, la droite sait qu’elle doit profondément se renouveler pour ne pas disparaître.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La poussière électorale est à peine retombée que la droite commence à mesurer, sonnée, l’ampleur du champ de ruines. Que lui reste-t-il après l’OPA d’Emmanuel Macron ? L’exécutif enclenche la réforme du code du travail dont elle a toujours rêvé, annonce un tour de vis dans la dépense publique tout en promettant des baisses de charges aux entreprises… Tout ce que la droite défend depuis des années. En matière sécuritaire, le nouveau gouvernement, avec son projet de loi sur le terrorisme qui va transposer dans le droit commun la plupart des mesures de l’état d’urgence, ne laisse pas beaucoup d’espace pour crier au laxisme. Le nouveau ministre de l’éducation, Jean-Michel Blanquer, a affirmé vouloir détricoter les réformes des rythmes scolaires et du collège, toutes deux emblématiques du quinquennat Hollande et que la droite a toujours combattues… Difficile pour la droite de s’attaquer à la feuille de route présentée par ce premier ministre issu de ses rangs.