Reyl, une banque suisse aux petits soins pour Jérôme Cahuzac

Par

À la barre du tribunal, l’ex-ministre du budget dit assumer ses fautes, à la différence des représentants de la très respectable banque Reyl, qui sont sur le gril au troisième jour du procès.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Avant d'être déniché par quelques journalistes et magistrats, le compte suisse caché de Jérôme Cahuzac devait être d’un confort délicieux. Mais l'ex-ministre du budget ne dit pas cela. Il ne parle jamais de plaisir, et très peu de transgression. Paraissant quelque peu abattu, ce jeudi 8 septembre, au troisième jour de son procès parisien, cet homme ne donne plus dans le pugnace ni dans le flamboyant. Il reconnaît presque tout ce qu’on lui reproche, et assume, jusqu'à se lamenter.