Paris: 400 euros pour avoir collé des affiches contre les féminicides

Par

Six militantes féministes affirment avoir été sanctionnées par des agents municipaux vendredi 6 septembre pour avoir collé des messages de lutte contre les féminicides dans les rues de Paris près de Matignon. La mairie de Paris assume de lutter contre l’affichage sauvage.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis une quinzaine de jours, des militantes féministes affichent contre les féminicides dans les rues de Paris. Le mouvement lancé par l’ex-Femen Marguerite Stern a essaimé dans d'autres villes. Mais le vendredi 6 septembre soir, un groupe parisien a été approché par des agents municipaux après avoir collé deux messages sur un mur près du métro Varenne (VIIe arrondissement) : « Féminicides : la grande cause du quinquennat » et « Aux femmes assassinées, la patrie indifférente ». Chaque jeune femme présente aurait écopé de 68 euros d'amende, soit un peu plus de 400 euros en tout. La mairie de Paris assume au nom de la lutte contre l’affichage sauvage.