Des femmes mettent en cause le nouveau directeur général adjoint des éditions Plon

Quelques mois avant d’être nommé à la direction de la maison d’édition Plon, Mickaël Palvin avait été licencié pour « faute grave » par son concurrent Albin Michel, après avoir fait l’objet d’une enquête interne pour harcèlement moral. Mediapart a recueilli les témoignages d’une dizaine de femmes.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Le 31 août, au terme d’une série de rebondissements tels que le milieu littéraire en offre parfois, le groupe Editis, propriété de Vincent Bolloré, annonçait l’arrivée de Lise Boëll à la tête des éditions Plon, deux petits mois après son départ fracassant d’Albin Michel. Partie sur fond de désaccords autour de la non-publication du nouveau livre d’Éric Zemmour, l’éditrice emblématique de la réacosphère et de l’extrême droite médiatique recrutait à ses côtés deux collègues venus de son ancienne maison. Parmi eux : Mickaël Palvin, nommé directeur général adjoint.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal