La droite sénatoriale s’accrochait à un doux espoir : la justice n’oserait pas, vu le principe de séparation des pouvoirs, vu la règle d’autonomie financière du Parlement, plonger dans les affaires sonnantes et trébuchantes d’un groupe parlementaire. En cette rentrée, ses dirigeants vont déchanter.