Procès Bettencourt: Eric Woerth épargné

Par

Interrogé poliment pendant une petite heure, l'ancien trésorier de Nicolas Sarkozy, Éric Woerth, semble déjà bien parti pour obtenir une relaxe. Pas comme d'autres. De notre envoyé spécial à Bordeaux.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bordeaux, de notre envoyé spécial -. Finalement, on comprend mieux pourquoi l’ex-trésorier de l’UMP, ex-trésorier de la campagne présidentielle 2007 et ancien ministre du budget Éric Woerth n’est venu que très peu, depuis le 26 janvier, au procès Bettencourt, cela bien qu’il soit jugé pour « recel ». Entamé ce mardi à 17 heures, son interrogatoire sur les faits qui lui sont reprochés s’est achevé… à 18 heures. Une simple formalité. Là où François-Marie Banier et Patrice de Maistre avaient été poussés dans leurs retranchements plusieurs heures durant, les jours précédents, et juste après que le témoin Claire Thibout a été malmené par la défense pendant plus de quatre heures par visioconférence, sans rien lâcher d’ailleurs, le tribunal se contente soudain du service minimum, comme s’il jugeait déjà la relaxe d’Éric Woerth inévitable.