Constitution: la réforme a du plomb dans l'aile

Par

Une très courte majorité de députés a adopté mardi soir l'article 2 qui inscrit la déchéance de nationalité dans la Constitution. Le bricolage gouvernemental, critiqué tant par une partie du PS que par une partie des Républicains, semble difficilement en mesure d'obtenir une majorité des 3/5es au Congrès. Au Sénat, les couteaux sont déjà tirés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il y a quelques semaines, on n’osait croire qu’un gouvernement français pourrait faire des apatrides. C’est maintenant le cœur du débat. Et encore, pour les opposants au projet. Le gouvernement, lui, ne voit même plus le problème, et tant pis pour l’article 15 de la Déclaration universelle des droits de l’homme qui pose que « tout individu a droit à une nationalité ».