La résistance contre Parcoursup s'organise à l'université

Par

Dans les universités doivent se tenir les commissions pour classer les dossiers des futurs étudiants. Certains enseignants, dans plusieurs départements, ont décidé de boycotter Parcoursup et de ne pas se livrer au tri des candidatures pour protester contre la loi Orientation et réussite de Frédérique Vidal.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

D’un côté, il y a la lutte spectaculaire des étudiants menée à coups de blocages de sites universitaires et manifestations bruyantes.
Dans une dizaine de sites, des blocages ont lieu depuis plusieurs semaines pour protester contre la loi « Orientation et réussite des étudiants » (ORE). Certaines occupations donnent lieu à des heurts. Le site de Tolbiac a ainsi été attaqué par des opposants au blocage à coups de bouteilles et de fumigènes afin d’intimider et d'en déloger les occupants. Les étudiants de Nanterre ont été empêchés par la police de tenir leur assemblée générale. Plus tôt dans le week-end, c'est la coordination nationale étudiante qui a eu des difficultés à se tenir dans la même université. Les étudiants de Lille ont eux aussi eu maille à partir avec les forces de l'ordre. La colère essaime à travers plusieurs universités.

De l’autre côté, il y a aussi ce bras de fer, plus silencieux, engagé par des enseignants du supérieur contre leur ministère de tutelle, bien décidés à ne pas classer les candidatures comme la loi le leur demande. Ils ont choisi de ne pas se prêter à l’examen, donc au tri des dossiers des futurs bacheliers. D’autres ont opté pour une solution à la finalité identique : classer les dossiers en inscrivant tout le monde ex æquo.
Selon le site Sauvons l’université, une centaine de départements penchent pour cette forme de résistance à une réforme encore largement contestée dans sa philosophie et ses modalités. C’est le cas à l’université Paul-Valéry Montpellier 3, à Lyon-2, Paris 1-Panthéon Sorbonne ou encore Bordeaux-3. Le 10 avril, 425 enseignants ont publié une tribune contre la réforme d'accès à l'université sur France info.