En Corse, un nouveau mouvement féministe émerge

Par Clara Martot

À l’origine du Grenelle des violences faites aux femmes, le féminicide de Julie Douib en 2019 est jugé à partir de ce jeudi à Bastia. Entre-temps, la Corse a connu son #MeToo avec le mouvement #IWas, encourageant les jeunes générations à dénoncer les violences sexistes sur l’île.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Haute-Corse.– De L’Île-Rousse à Calvi, la microrégion de la Balagne se souvient d’une « déflagration ». Le 3 mars 2019, Julie Douib, 35 ans, est tuée chez elle à coups de fusil par son ex-compagnon violent, père de ses deux enfants. L’affaire, très médiatisée, avait impulsé le Grenelle des violences conjugales de septembre 2019. Elle est jugée devant la cour d’assises de Bastia à partir de jeudi 11 juin. Il y a tout juste un an, la ville de Haute-Corse a vécu un autre événement fondateur et totalement inédit sur l’île : la marche #IWas contre les violences sexuelles.