A Paris, la difficile évacuation des camps de migrants continue

Une opération des pouvoirs publics a vidé, jeudi 9 juillet, le campement de la rue Pajol, dans le XVIIIe arrondissement de Paris. 150 places en centres d’accueil ont été proposées aux migrants. Pour autant, dans deux autres endroits de la capitale, les campements s’organisent pour devenir des installations toujours moins provisoires.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Depuis les évacuations musclées du début du mois de juin et les dispersions systématiques de rassemblements, les pouvoirs publics ont mis au point une nouvelle méthode afin de résoudre le problème des camps de migrants parisiens. La préfecture de région, la mairie de Paris et les institutions d’aide aux demandeurs d’asile attendent désormais d’avoir réuni suffisamment de places en centres d’accueil pour proposer en une fois un hébergement collectif à tous les occupants du campement.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal