Dans les hôpitaux de Strasbourg, la crainte des effets secondaires du passe sanitaire

Par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

Le premier jour du passe sanitaire s’est déroulé sans accroc au Nouvel Hôpital Civil de Strasbourg. Soignants et représentants syndicaux s’inquiètent des effets à plus long terme du dispositif, entre engorgement accru des urgences, suspension des collègues réfractaires au vaccin et fermeture de lits…

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Strasbourg (Bas-Rhin).– Un air de dernière répétition à l’entrée du Nouvel Hôpital civil (NHC) à Strasbourg. Lundi 9 août, devant les portes coulissantes de l’établissement de santé, un homme en veste noire floquée Groupe Valliance Sécurité contrôle les passes sanitaires. Comme l’indique une communication interne des Hôpitaux universitaires de Strasbourg (HUS) envoyée vendredi 6 août, « une tolérance sera appliquée en cas de passe invalide ou d’absence de passe pour les patients, en particulier au cours de la semaine prochaine ».