Attentats de Paris: l'énigme des armes de Coulibaly

Par

Le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, a opposé le secret défense aux juges lillois chargés de l’enquête sur un réseau de vente d’armes neutralisées, animé par un ancien militaire d’extrême droite. Selon les documents obtenus par Mediapart, les autorités slovaques ont formellement identifié, dès le 14 janvier, les armes achetées par ce réseau comme celles utilisées par Amedy Coulibaly lors de l’attaque de l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est un trou noir dans l’enquête sur les attentats de Paris. Une information centrale qui s'est perdue. Selon des documents obtenus par Mediapart, les policiers chargés de l'enquête sur les attentats de Paris ont obtenu, dès le 14 janvier, l’identification de l'arsenal d'Amedy Coulibaly par les autorités slovaques. Mais ils n'en ont rien fait. Le renseignement slovaque qui incrimine un ancien militaire d'extrême droite lillois, Claude Hermant, soupçonné de trafics d'armes démilitarisées dans le cadre d'une enquête ouverte à Lille, ne provoque aucune vérification des juges antiterroristes parisiens Laurence Le Vert, Nathalie Poux et Christophe Tessier.