Suicide de Christine Renon: l’Education nationale persiste dans le déni

Par

Depuis la rentrée, trois suicides d’enseignants sont survenus. Celui de Christine Renon, directrice d’école à Pantin, questionne en particulier l’institution. Seule réponse ministérielle : envisager un statut de directeur. Bien trop peu.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Circulez, il n’y a rien à voir. C’est en substance le mot d’ordre de l’Éducation nationale comme institution. Le suicide sur son lieu de travail de Christine Renon, qui se disait « épouvantablement fatiguée », continue pourtant d’émouvoir et surtout de questionner la communauté éducative.