Des universités bloquées contre la hausse des frais d’inscription pour les non-Européens

Par

Dans quelques universités, dont Nanterre, les étudiants ont voté le blocage pour protester contre la hausse des frais d’inscription dans le supérieur pour les étudiants extra-communautaires. D’autres établissements ont préféré fermer leurs locaux de manière préventive pour éviter les occupations. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour le moment, le mouvement des « gilets jaunes » n’a pas encore gagné les universités. Mais Rennes II et Nanterre ont été bloquées ce lundi 10 décembre par des étudiants. D’autres universités comme Paris I ou Censier ont été fermées par l’administration. Ces premiers blocages ont pour but de protester contre la hausse substantielle des droits d’inscription pour les étudiants extra-communautaires et se mettent peu à peu en place. L’étincelle a été allumée le 19 novembre quand le premier ministre Édouard Philippe a annoncé que les étudiants venant des pays situés en dehors de l’Union européenne devraient débourser pour leurs frais d’inscription à l’université 2 770 euros en licence (contre 170 euros aujourd’hui) et 3 770 euros en master et doctorat (contre 243 euros en master et 380 euros en doctorat jusqu’à présent), et ce dès la rentrée prochaine. Jusqu’alors, tous les frais d’inscription entre étudiants étaient alignés sur le même montant.