L’Assemblée refuse de lever l’immunité d’un député soupçonné de harcèlement

Par et

Le parquet de Bordeaux voulait placer en garde à vue le député Benoît Simian, soupçonné de harcèlement à l’encontre de son ex-femme. Mais le bureau de l’Assemblée nationale a refusé de lever son immunité, suscitant colère et incompréhension.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour Clémentine Autain, la situation est claire : « Les conditions d’un vote sérieux n’ont pas été réunies », écrit la députée La France insoumise (LFI) dans un courrier adressé, jeudi 10 décembre, au président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand (lire sous l’onglet Prolonger). La veille, comme les 17 membres du bureau présents*, l’élue de Seine-Saint-Denis a dû se prononcer sur la levée d’immunité du député Benoît, ex-La République en marche (LREM) passé au groupe Libertés et territoires (LT) début octobre.